Toute l'actualité de la maison connectée avec votre magazine online

Interview de James Siminoff sur le lancement de Ring en France

James Siminoff

James Siminoff

Bonjour James, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ainsi que faire une brève présentation de Ring ?

J’ai toujours inventéet, petit déjà, je fabriquais des couvertures chauffantes et des voitures télécommandées. J’ai par la suite créé plusieurs start-ups que j’ai finis par vendre.

Ring a été inventé car j’étais confronté à un problème. Mon équipe, composée de 2 collaborateurs et moi-même, travaillions depuis mon garage. Nous y inventions chaque semaine divers produits qui finissaient généralement par ne rien donner. Après quelques temps, nous avons réalisé que certaines livraisons importantes de colis n’étaient pas assurées car nous n’entendions pas la sonnette depuis le  garage. De plus, ma femme m’a confié qu’elle se sentait plus en sécurité dans la maison seule le soir quand elle pouvait entendre la sonnette. De là, nous avons abandonné nos autres projets pour nous concentrer sur Ring.

Interview de Vincent Bedouin, président de WE Network

Vincent Bedouin

Vincent Bedouin

Bonjour Vincent Bedouin, pourriez-vous vous présenter et nous présenter l’association WE Network et le groupe LACROIX ?

Commençons par WE Network. Je suis président depuis quelques mois de ce cluster qui réunit les professionnels (design, fabrication ou usagers), la recherche et l’enseignement de l’électronique du Grand Ouest. Cette année, nous sommes membre organisateur du World Electronics Forum en collaboration avec la mairie d’Angers et son maire Christophe BECHU qui préside l’événement en octobre prochain, ainsi que Michel PERRINET, délégué d’Angers French Tech.

C’est un challenge important et le WEF est une étape qui devrait nous conduire à accélérer la mise en œuvre d’une roadmap ambitieuse pour l’industrie électronique du futur en France et demain en Europe. La digitalisation et la meilleure gestion de la data sont des enjeux majeurs pour la filière électronique et par extension pour tous les marchés traditionnels qui s’appuient sur l’électronique et l’IoT pour se transformer.

En tant que Président du groupe LACROIX, je dirige une ETI industrielle et familiale qui conçoit et industrialise les équipements et technologies connectées et innovantes pour permettre à nos clients de rendre le monde plus intelligent et responsable et mieux appréhender l’innovation électronique, les flux de données, de personnes, d’eau et d’énergie. Je vis au quotidien en interne la puissance de la collaboration entre des activités à produits propres et une activité de conception et fabrication en sous-traitance électronique. Je souhaite développer ce modèle et cette complémentarité au sein de WE Network et contribuer à lancer une nouvelle dynamique pour l’électronique française.

Interview de Pierre Lafon, directeur général de « 1 Check »

Pierre Lafon

Pierre Lafon

Bonjour monsieur Lafon, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous parler de votre société ?

Bonjour Laurent, je suis Pierre Lafon, dirigeant de la société 1 Check qui édite une solution logicielle dédiée aux structures d’hébergement (hôtellerie haut de gamme et de plein air, centre de vacances).
Elle permet de digitaliser le process métier, afin d’optimiser la productivité et d’améliorer la traçabilité et la communication entre les services.

Quels sont les appareils connectés désormais par 1 Check dans les établissements hôteliers ?

Nous lançons un nouveau concept : la chambre d’hôtel elle-même devient un objet connecté à part entière et interagit avec le personnel d’hébergement en lui donnant, à son passage, l’ensemble des informations utiles.
Cela au niveau du service, des différentes interventions techniques à réaliser, voire de la maintenance préventive, et en faisant dialoguer la chambre avec chaque type d’utilisateur.

Quelles sortes d’établissement hôtelier équipez-vous ?

Tout type d’établissement, le besoin et la valeur ajoutée de notre service constituent une vraie réponse à une « contrainte métier », et ce, quelle que soit la taille. Nous pouvons équiper des hôtels de 16 chambres, comme des
hôtels de plus de 1900 chambres.

Pass chambre via mobile 1CHECK

Pass chambre via mobile 1CHECK

La chambre interagit avec le personnel de l’hôtel, mais qu’en est-il des clients ? La chambre interfère-t- elle également avec eux ?

Non, car il s’agit avant tout d’une « solution métier » qui est là pour organiser l’activité du personnel d’hébergement. Nous sommes déjà connectés avec le client, à travers soit une application de type « conciergerie », soit une application que nous retrouverons sur les portails des télévisions connectées présentes dans la chambre. Elle permettra aux clients de signaler un problème, un dysfonctionnement particulier.

Quels sont les retours des utilisateurs ?

Excellents ! Il y a d’ailleurs une forte demande et nous pensons que, à moyen terme, la totalité des hôtels seront équipés de ces dispositifs, qui améliorent grandement le dialogue entre la chambre et les équipes.

Votre mot de la fin ?

Au plaisir de vous recevoir, cher Laurent, dans un hôtel connecté avec la solution « 1 Check ».

Propos recueillis par Laurent Amar

Interview de Jean-Marc Vauguier, CEO de Z#BRE

Jean-Marc Vauguier

Jean-Marc Vauguier

Bonjour Jean-Marc Vauguier, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs et nous présenter la société Z#BRE ?

Z#BRE a été lancé en 2013 afin de permettre aux entreprises de développer leurs services à base d’objets connectés.
Nous avons créé une plateforme permettant de rendre simple le déploiement des objets connectés quelles que soient les technologies de communication utilisées.

A la demande de nos clients, nous avons aussi développé des objets connectés quand ils n’étaient pas disponibles sur le marché.
Nous pensons que l’Internet des Objets est un levier formidable pour ré-inventer les expériences clients et le business models des entreprises.

Pourquoi votre solution Z#LINK for Smart Building s’adresse-t’elle aux professionnels et non pas encore au grand public ?

Nous sommes convaincus que ce sont les entreprises qui porteront sur le marché grand public les futures grandes innovations de l’Internet des Objets.
Quand nous travaillons avec les entreprises, nous travaillons bien entendu pour leurs clients. Selon nous, ce ne sont pas les objets qui sont les plus importants mais plutôt les nouvelles expériences qu’ils rendent possibles,
et cela doit être porté par les business models des entreprises.

Finalement nous travaillons pour le grand public mais non pas en leur vendant des objets connectés mais des expériences connectées complètes produites par les entreprises.
Nos solutions Smart Building permettent aux entreprises prestataires de délivrer à leurs clients de nouveaux services comme la facturation à l’usage des espaces, le contrôle des prestations réalisées ou encore générer des alertes si nécessaires.

Avez-vous créé votre solution en fonction des demandes et des besoins précis de professionnels ?

Oui et non! Nous avons observé tout au long de nos projets que les expressions de besoins des entreprises ne sont pas encore très précises, elles ne comprennent pas, dans leur grande majorité, ce qu’elles peuvent faire de ces objets connectés et des datas qui vont avec.
Il est souvent nécessaire de leur proposer des solutions clé en main de manière à les faire réfléchir et en développer de nouvelles.

Quelle technologie utilisez-vous pour votre solution ?

Toutes les technologies radios disponibles, des réseaux bas débits comme Sigfox ou LORA, en passant par le WI FI ou tout autre connectivité disponible.
Depuis le lancement de Z#BRE, nous sommes convaincus que notre plateforme technique doit être capable de « brasser » toutes les technologies.

Comment s’effectue le traitements des données récoltés sur les divers objets connectés de l’entreprise ?

Sur notre plateforme qui s’appuie sur celle d’Amazon Web Services.
Elle permet non seulement de remonter et descendre les bonnes données sur les objets connectés, de les traiter et de les transmettre à d’autres plateformes fonctionnelles si nécessaire.
Le sujet n’est pas tant de capter des données que de traiter celles qui sont pertinentes, et pour ce faire nous avons commencé à développer des modules de machine Learning.
L’intelligence doit être répartie entre l’objet et la plateforme de manière à optimiser le fonctionnement d’ensemble.

Assurez-vous également la mise en place et le fonctionnement des objets connectés ?

Nous assistons nos clients dans le déploiement des fonctions de la plateforme et des objets connectés.

Comment évoluera votre solution dans un avenir proche ?

Nous sommes convaincus que les objets connectés ne sont que la partie émergée du sujet. Le sujet important c’est l’Internet des objets, c’est à dire être capable d’utiliser les objets pour créer de nouvelles expériences et de nouveaux business models.

Votre mot de la fin ?

Nous avons abordé le sujet des objets connectés et de l’Internet des Objets par les services qu’ils sont capables de délivrer via les entreprises.
Quels services pour quels clients?, voilà selon nous l’avenir de la connectivité au domicile et en dehors.

Interview de Maxime Delahaie, Responsable Grand Compte pour la marque Tork,

Maxime Delahaie

Maxime Delahaie

Bonjour Monsieur Delahaie, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis Maxime Delahaie, Responsable Grand Compte pour la marque Tork, en charge du développement et déploiement du service Tork EasyCube.
Je travaille pour le groupe SCA depuis 2009 où j’ai occupé différentes fonctions, de vendeur en région à responsable Grand Compte.

Je suis fier de participer au lancement de Tork EasyCube en France. Au-delà d’implanter le système Tork EasyCube chez nos clients utilisateurs et de former les équipes de maintenance, je les accompagne dans la bonne appropriation de l’application et les aide dans l’optimisation de leur chaine de valeur.

Présentez-nous la marque Tork et la solution EasyCube.

Marque du Groupe SCA, Tork propose des produits d’hygiène pour les professionnels tels que des distributeurs, essuie-mains, papier-toilette, savon, chiffons… Nous fournissons aussi bien des hôtels et restaurants que des centres commerciaux, des écoles, des industries, des bureaux ou encore des établissements de santé.

Notre solution EasyCube est un système connecté pour la gestion du nettoyage. Il fournit des informations en temps réel permettant de savoir où, quand et quels sont les besoins en nettoyage et en réapprovisionnement. Les équipes d’entretien peuvent ainsi s’assurer de la disponibilité du papier et du savon et d’un niveau de propreté constant, sans sur-nettoyage ou contrôle permanent.

Interview d’Antoine et Stéphane Decayeux, directeurs de la société Decayeux

Antoine Decayeux

Antoine Decayeux

Stéphane Decayeux

Stéphane Decayeux


Bonjour Antoine & Stéphane Decayeux, pourriez-vous nous expliquer ce qu’est une boite aux lettres connectées ?

Bonjour, c’est une borne sécurisée…
C‘est une grande boîte qui permet de recevoir des colis des distributeurs postaux de tailles allant jusqu’au XXL.
La borne est opérée par une serrure mécanique avec deux canons : un premier canon qui est dédié aux distributeurs de colis permet la dépose des colis par un opérateur et un second réservé au propriétaire qui permet de récupérer le colis après son dépôt.

La serrure à double canon peut aussi être condamnée par l’intérieur par l’utilisateur privant ainsi le distributeur postal sécurisant l’accès des boîtes aux lettres.
Rien de systématique mais un accès contrôlé par le particulier pour plus de sécurité. De même ce système de double canon limite la dépose à un seul colis car une fois le colis déposé par l’opérateur logistique il est impossible de rouvrir la boite.

Interview de Nicolas Thibaut, fondateur de Uppersafe

Nicolas Thibaut

Nicolas Thibaut

Bonjour Monsieur Thibaut, pourriez-vous vous présenter et nous présenter la société Uppersafe ?

Bonjour, je vous remercie de m’accorder cet interview. Je suis le fondateur et gérant d’UPPERSAFE, un projet que j’ai fondé il y maintenant plus de 2 ans. J’ai créé ce service à la suite de mes études et de mes différentes expériences dans la sécurité informatique. UPPERSAFE vient répondre à un besoin de la part des particuliers et des petites entreprises face à des cyber menaces qui évoluent et qui se diversifient de plus en plus.

Nous avons récemment été sélectionné par le Startupbootcamp de Barcelone pour rejoindre leur programme d’accélération et nous sommes actuellement en train de préparer notre participation au Mobile World Congress, lors duquel nous aurons l’occasion de présenter notre solution sur la scène principale du 4YFN.

Quelle technologie utilisez-vous pour surveiller l’intégrité des objets connectés d’un foyer, ou d’une entreprise ?

Le fait que notre solution soit basée dans le cloud apporte des avantages en terme de légèreté, de simplicité et de réactivité face aux nouvelles menaces sur Internet. Nous avons en effet développé un service de pare-feu auquel il est possible de relier différents appareils et notamment les objets connectés au travers la Upperbox afin d’en assurer la protection. Les appareils sont connectés à notre service via un tunnel VPN, ce qui permet de transférer l’intégralité du trafic Internet vers notre pare-feu. Grâce à ce système de filtrage, nous pouvons analyser la source et la destination de chaque requête pour bloquer le contenu malveillant et tout ce qui pourrait être dangereux pour l’environnement informatique des utilisateurs.

Interview de Monsieur Berenfus, co-fondateur d’Eden Forums

David Berenfus

David Berenfus


Bonjour Monsieur Berenfus, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je suis le co-fondateur d’Eden Forums, société créatrice d’événements dédiés au numérique. Après avoir créé une association inter-écoles en 2011 lorsque j’étais étudiant, nous avons décidé avec mon associé Ritchy de nous lancer pleinement dans ce qui nous passionnait le plus à savoir l’événementiel.
Depuis, nous organisons une dizaine d’événements chaque année, orientés recrutement et business dont l’IoT Business.

Présentez-nous la journée d’affaires IoT Business ?

Le Mardi 6 juin 2017 nous réunirons près de 700 participants autour des objets connectés. La journée sera séquencée en 4 parties qui se dérouleront en parallèle : une partie stand, un lieu consacré aux rendez-vous d’affaires, une salle de plénières avec des VIPs ainsi que deux salles de Keynotes avec des retours d’expériences opérationnelles et présentation de produit.

Quelle sera la part réservée à l’Internet des objets durant cette journée ?

100% ! La journée est consacrée à l’IoT. Notre objectif : permettre à nos clients et visitorat de conclure des
Annoncepartenariats et des accords qui leur permettront d’être les principaux acteurs du secteur en fonction de leur domaine : Usine du Futur, Télécommunication, Cloud, Cybersécurité, Domotique, Fintech …

Qui prévoyez-vous comme participants et intervenants exerçant dans la domotique et les objets connectés ?

De très belle sociétés seront présentes comme Schneider Electric, Socotec, SNCF, Bosch, Seb ou encore Intel. Tous nos intervenants lors des plénières ou speakers sont top décisionnaires ou top managers.
Notre objectif est d’organiser un événement de qualité avec un visitorat en conséquence.

Votre mot de la fin ?

Le marché des objets connectés est en expansion. Ils révolutionneront bientôt tous les secteurs et déjà aujourd’hui, ils présentent un véritable enjeu de compétitivité pour les entreprises.
Big Data, IoT et cybersécurité font parties intégrantes des transformations numériques des entreprises.
Les partenariats et leaders de demain se créés aujourd’hui, ne manquez pas le rendez-vous business de l’IoT, le mardi 6 juin 2017.

Interview de Ludovic Deblois, président et co-fondateur de Sunpartner Technologies

Ludovic Deblois

Ludovic Deblois

Bonjour Monsieur Ludovic Deblois, pourriez-vous vous présenter et nous présenter la société Sunpartner ?

Sunpartner Technologies est une PME qui développe et intègre des solutions photovoltaïques innovantes et invisibles, dédiées aux marchés de l’électronique grand public (wearables, mobiles, objets connectés), au bâtiment (SmartCities) ainsi qu’au marché du transport (automobile, aviation, nautisme). Nos technologies Wysips® (What You See Is Photovoltaic Surface) captent l’énergie solaire et la transforment en électricité pour rendre totalement ou partiellement autonomes les objets du quotidien.

Nous mettons notre savoir-faire au service de la création de surfaces intelligentes et esthétiques à travers le monde. L’entreprise, fondée en 2008 et implanté à Rousset (près d’Aix-en- Provence), compte aujourd’hui 65 collaborateurs, dispose d’un portefeuille de brevets significatif et a levé 45M€ depuis sa création.

Quelles fonctions connectées aura votre montre hybride ?

Au préalable, précisons que la LunaR est une montre connectée à l’usage quotidien développée et commercialisée par la société MED, laquelle fournit des solutions destinées au marché de l’électronique grand public. SunPartner apporte l’une des briques technologiques clé de cette innovation, faisant de LunaR la première montre connectée hybride alimentée grâce au module photovoltaïque transparent Wysips® Reflect.

Interview de Valérie Riffaud-Cangelosi, responsable du développement chez Epson

3762

Valérie Riffaud-Cangelosi

Bonjour Madame Riffaud-Cangelosi, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour ! Je travaille chez Epson Europe et je suis responsable du développement des nouveaux marchés chez Epson. Dans ce cadre, avec mon équipe nous nous occupons depuis 5 ans du développement en Europe de la gamme de lunettes Moverio, qui sont des lunettes de réalité augmentée – binoculaires à lentilles transparentes.

Quels sont les Drones compatibles avec les nouvelles lunettes connectées Epson Moverio BT-300 ?

Depuis quelque temps déjà, nous sommes en relation avec la société DJI, et suite à une première expérience concluante entre notre précédent modèle et leur drone, nous avons naturellement décidé de continuer avec nos nouvelles générations respectives.

Leur application DJO GO 3.0.1 est disponible sur notre place de marché, Moverio Apps Market, présent dans nos lunettes et bientôt DJI GO 4.0. Tous les modèles utilisant ces applications deviennent donc compatibles avec nos lunettes, il suffit de télécharger gratuitement l’application et de lier les 2 contrôleurs par un câble USB fourni.