Toute l'actualité de la maison connectée avec votre magazine online

Interview de Lionel Bry, Inventeur de la première boite aux lettres connectées

Lionel Bry

Lionel Bry

Bonjour Lionel Bry, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs ?

J’ai 54 ans, je vis dans les Landes, près de Dax où je me suis installé il y a 11 ans. J’ai toujours été un entrepreneur dans l’âme, j’ai crée ma première entreprise à 21 ans.
J’ai participé à de nombreux projets en concevant et réalisant pour le groupe ACCOR le premier prototype des chambres Formule 1 ou en collaborant auprès de groupes comme Bouygues ou Dumez lors du chantier de l’Arche de la Défense où j’ai travaillé sur la conception du toit de l’Arche, qui est en fait un héliport.

Je suis également à l’origine de la tablette mise en place dans les cabines téléphoniques par France Telecom. J’ai également conçu et fabriqué des ULM pendulaires et participé au premier tour de France en ULM. Je n’ai jamais cessé d’inventer. J’ai le besoin viscéral « d’ inventer » ma vie, d’en être acteur.

Comment avez-vous eu l’idée très ingénieuse d’inventer la première boite aux lettres connectée ?

Du vécu…En effet après plusieurs constats : Courrier dégradé par la pluie, recommandé perdu (collé à de la pub), attente de courrier important…J’ai bricolé dans le garage , un support en plastique et j’ai imaginé un dispositif qui saurait rendre ma boite aux lettres « Intelligente » …Les essais ont été très concluants …J’ai donc décidé de partager cette innovation avec le plus grand nombre de personnes qui connaissent les mêmes désagréments …

Avec quelle technologie fonctionne la boite aux lettres ?

C’est le cœur du dispositif …De l’électronique de haute qualité, du High Tech …Pour des raisons de fiabilité fonctionnelle, je privilégie le GSM …

Vous accompagnez cet objet d’une démarche citoyenne et rurale, pourquoi ?

Parce que tous les jours, nous reculons …En zappant l’essentiel de ce que nous sommes …Je suis (humblement) pour un retour sur nos valeurs…L’état d’esprit, le partage …Redonner un sens à notre vie, par l’échange et la solidarité « contrôlée ». Concrètement cela veut dire qu’EMC va embaucher en priorité des plus de 50 ans qui pourront transmettre leur savoir faire et leur expérience à de jeunes apprentis.

Nous voulons vraiment créer une entreprise inter générationnelle et prouver ainsi que cette équation est un pari gagnant. Créer en zone rurale fait partie de la même approche : innover n’est pas seulement réservé aux grandes villes, l’important, c’est la dynamique, la pulsion et encore une fois, nous voulons démontrer que c’est possible et essentiel.

Pensez-vous que l’installation d’un tel objet connecté dans des communes isolées peut-aider à leur développement économique ?

Les communes isolées ont plus que jamais besoin de « liens » et aussi et surtout elles ont besoin de travail. Aujourd’hui, la France compte 38 millions de boîte aux lettres, le marché qui s’ouvre est énorme sans compter que ce dispositif n’existe pas ailleurs et offre des perspectives internationales. Si EMC fonctionne comme nous l’avons prévu, nous créerons de nombreux emplois dans ces zones. Je pense que cette innovation est utile et va déboucher sur d’autres applications…C’est déjà en route et je travaille sur le sujet … Je peux vous dire que « Une Révolution sur la façon de commercer » est en route. Je termine actuellement des dispositifs intelligents qui vont vraiment améliorer notre quotidien …..

Votre mot de la fin pour nos lecteurs ?

MERCI …oui,un grand merci à tous vos lecteurs de prendre le temps de lire cet article, et de nous soutenir dans notre « Sage Folie », nous les inventeurs … « Demain doit être plus beau qu’ hier … »
Aujourd’hui, EMC a besoin de se sentir porté.
Sélectionné par la plateforme de financement participatif : Sokengo, chacun d’entre vous peut contribuer à ce projet sous forme de dons, aussi petits soient-ils, alors si ce projet vous « parle » n’hésitez pas…https://www.sokengo.fr/

Propos recueillis Par Laurent Amar

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on Twitter