Toute l'actualité de la maison connectée avec votre magazine online

Interview de Jean-Marc Vauguier, CEO de Z#BRE

Jean-Marc Vauguier

Jean-Marc Vauguier

Bonjour Jean-Marc Vauguier, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs et nous présenter la société Z#BRE ?

Z#BRE a été lancé en 2013 afin de permettre aux entreprises de développer leurs services à base d’objets connectés.
Nous avons créé une plateforme permettant de rendre simple le déploiement des objets connectés quelles que soient les technologies de communication utilisées.

A la demande de nos clients, nous avons aussi développé des objets connectés quand ils n’étaient pas disponibles sur le marché.
Nous pensons que l’Internet des Objets est un levier formidable pour ré-inventer les expériences clients et le business models des entreprises.

Pourquoi votre solution Z#LINK for Smart Building s’adresse-t’elle aux professionnels et non pas encore au grand public ?

Nous sommes convaincus que ce sont les entreprises qui porteront sur le marché grand public les futures grandes innovations de l’Internet des Objets.
Quand nous travaillons avec les entreprises, nous travaillons bien entendu pour leurs clients. Selon nous, ce ne sont pas les objets qui sont les plus importants mais plutôt les nouvelles expériences qu’ils rendent possibles,
et cela doit être porté par les business models des entreprises.

Finalement nous travaillons pour le grand public mais non pas en leur vendant des objets connectés mais des expériences connectées complètes produites par les entreprises.
Nos solutions Smart Building permettent aux entreprises prestataires de délivrer à leurs clients de nouveaux services comme la facturation à l’usage des espaces, le contrôle des prestations réalisées ou encore générer des alertes si nécessaires.

Avez-vous créé votre solution en fonction des demandes et des besoins précis de professionnels ?

Oui et non! Nous avons observé tout au long de nos projets que les expressions de besoins des entreprises ne sont pas encore très précises, elles ne comprennent pas, dans leur grande majorité, ce qu’elles peuvent faire de ces objets connectés et des datas qui vont avec.
Il est souvent nécessaire de leur proposer des solutions clé en main de manière à les faire réfléchir et en développer de nouvelles.

Quelle technologie utilisez-vous pour votre solution ?

Toutes les technologies radios disponibles, des réseaux bas débits comme Sigfox ou LORA, en passant par le WI FI ou tout autre connectivité disponible.
Depuis le lancement de Z#BRE, nous sommes convaincus que notre plateforme technique doit être capable de « brasser » toutes les technologies.

Comment s’effectue le traitements des données récoltés sur les divers objets connectés de l’entreprise ?

Sur notre plateforme qui s’appuie sur celle d’Amazon Web Services.
Elle permet non seulement de remonter et descendre les bonnes données sur les objets connectés, de les traiter et de les transmettre à d’autres plateformes fonctionnelles si nécessaire.
Le sujet n’est pas tant de capter des données que de traiter celles qui sont pertinentes, et pour ce faire nous avons commencé à développer des modules de machine Learning.
L’intelligence doit être répartie entre l’objet et la plateforme de manière à optimiser le fonctionnement d’ensemble.

Assurez-vous également la mise en place et le fonctionnement des objets connectés ?

Nous assistons nos clients dans le déploiement des fonctions de la plateforme et des objets connectés.

Comment évoluera votre solution dans un avenir proche ?

Nous sommes convaincus que les objets connectés ne sont que la partie émergée du sujet. Le sujet important c’est l’Internet des objets, c’est à dire être capable d’utiliser les objets pour créer de nouvelles expériences et de nouveaux business models.

Votre mot de la fin ?

Nous avons abordé le sujet des objets connectés et de l’Internet des Objets par les services qu’ils sont capables de délivrer via les entreprises.
Quels services pour quels clients?, voilà selon nous l’avenir de la connectivité au domicile et en dehors.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on Twitter