Toute l'actualité de la maison connectée avec votre magazine online

Interview de Jean-Christophe Lecosse, fondateur de Connectwave.

Jean-Christophe LECOSSE

Jean-Christophe LECOSSE

Bonjour Monsieur Jean-Christophe LECOSSE, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Je suis Directeur Général du Centre National de référence RFID et fondateur de Connectwave, la plateforme dédiée aux Objets Connectés Professionnels. Le CNRFID a été créé en 2008 par le Ministère de l’économie, de l’Industrie et du Numérique pour faciliter le déploiement des technologies sans contact et des Objets Connectés Professionnels.

Nous rassemblons près de 150 acteurs du sans contact au niveau national et international et nous présidons depuis plusieurs années des comités nationaux et internationaux de normalisation et de standardisation.

Décrivez-nous Connect+ Event, l’événement dédié aux objets connectés professionnel.

Interview de Lionel Bry, Inventeur de la première boite aux lettres connectées

Lionel Bry

Lionel Bry

Bonjour Lionel Bry, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs ?

J’ai 54 ans, je vis dans les Landes, près de Dax où je me suis installé il y a 11 ans. J’ai toujours été un entrepreneur dans l’âme, j’ai crée ma première entreprise à 21 ans.
J’ai participé à de nombreux projets en concevant et réalisant pour le groupe ACCOR le premier prototype des chambres Formule 1 ou en collaborant auprès de groupes comme Bouygues ou Dumez lors du chantier de l’Arche de la Défense où j’ai travaillé sur la conception du toit de l’Arche, qui est en fait un héliport.

Interview de Thierry Ricci, fondateur de Natéosanté

Thierry Ricci

Thierry Ricci


Bonjour Monsieur Ricci, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs ?

Bonjour, Thierry Ricci, 41 ans, président fondateur de la société NatéoSanté. Après une formation d’électronicien, j’ai travaillé dans les télécoms de nombreuses années à des postes techniques puis en tant que responsable de l’ingénierie performance réseau de SFR.

Sensible à la qualité de l’air et allergique chronique c’est en 2009 que j’ai décidé de lancer la société NatéoSanté. L’idée était de proposer une solution efficace contre la pollution de l’air intérieur qui permettrait aux personnes sensibles de mieux vivre au quotidien. Aujourd’hui, je me concentre entre autre sur l’innovation avec nos partenaires R&D.

Parlez-nous de la start-up NatéoSanté

Présent depuis 7 ans sur le marché, l’équipe NatéoSanté maîtrise parfaitement les problématiques liées à la qualité de l’air intérieur. Développer un produit haut de gamme, véritable alternative aux purificateurs d’air parfois inefficaces face à certaines sources de pollution majeures, était un véritable challenge pour notre société. Eolis, le 1 er système de filtration d’air intelligent est né de cette démarche.

Nous voulions aller plus loin car nous souhaitions mettre sur le marché un produit ultra innovant qui soit Made in France et éco-conçu, axes qui rejoignent parfaitement les valeurs de l’entreprise. Pour mener à bien ce projet nous avons créé une équipe dont la majorité des partenaires sont basés non seulement en France, mais surtout en Pays de la Loire, lieu de naissance d’Eolis. Une façon, pour la startup, de dynamiser l’industrie française et l’économie régionale.

La société se développe rapidement, nous sommes passés d’un effectif de 5 personnes en 2015 à 11 personnes aujourd’hui. Afin de poursuivre le développement de la structure nous avons levé plus de 500 000 euros en mai dernier.

Pensez-vous que la pollution de l’habitat soit tout aussi nocive que la pollution extérieure ?

C’est une certitude. Aujourd’hui, l’air intérieur est 8 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur et il faut savoir que nous passons 90% de notre temps en intérieur que ce soit au sein de notre habitation, au travail, dans les transports… Les sources de pollution sont extrêmement nombreuses au sein de nos habitats (COV, poussières, acariens, poils d’animaux, particules fines (pm 2.5), encens, bougies parfumées, produits d’entretien / de toilettes …) certains
produits que nous utilisons au quotidien ont des effets néfastes sur notre santé.

Aujourd’hui, les effets d’une mauvaise qualité d’air intérieur sur la santé sont indéniables et font d’ailleurs l’objet d’études régulières mettant en corrélation pathologies respiratoires et air respiré en milieu fermé. Les chiffres de l’OMS parlent d’eux-mêmes, chaque année dans le monde, des millions de personnes décèdent à cause de la pollution : 4,3 millions à cause
d’un air intérieur trop pollué et 3,7 à cause d’un air extérieur trop pollué.

Comment fonctionne le système de filtrage connecté AIR MANAGER EOLIS ?

L’air de la pièce est aspiré dans la machine, les différents niveaux de filtres retiennent les sources de pollution et l’air est rejeté purifié dans la pièce.
EOLIS est équipé de filtre haute efficacité Made in France. Les filtres HEPA sont certifiés EN1822 (norme européenne), cela implique qu’ils soient vérifiés unitairement et à la main, par un opérateur de l’usine qui les produit. Chaque filtre possède une référence qui lui est propre et qui permet d’assurer sa traçabilité et d’engager ses performances.

Le bloc de filtre est composé d’un filtre HEPA de qualité médicale qui permet de retenir les particules (diesel, pm2.5, pm10, poussières, pollens, poils d’animaux…), d’un filtre à charbon actif très haute densité qui permet de détruire les mauvaises odeurs et les gaz et d’un filtre photocatalyse qui permettra d’agir sur les bactéries, virus, microbes.

Allez-vous faire évoluer l’application pour plus de possibilités envers l’utilisateur ?

Aujourd’hui EOLIS permet d’ores et déjà à l’utilisateur d’avoir accès à de nombreuses données à distance. Nous avons développé deux interfaces bien distinctes, une dédiée aux particuliers et une seconde dédiée aux professionnels.

Pour le particulier, il est possible de contrôler EOLIS à distance grâce à une application mobile dédiée qui informe en temps réel sur la qualité de l’air de la pièce dans laquelle se trouve la machine (taux de Pm2.5, taux de COV), le niveau d’encrassement des filtres… Elle permet aussi de gérer l’appareil en réglant la vitesse de la machine ou en le passant en mode nuit par exemple.

Pour le professionnel, un système de supervision très avancé a été développé. Il permet de gérer un parc composé de plusieurs EOLIS. A titre d’exemple, un directeur d’école, d’EHPAD ou d’hôtel peut visualiser en temps réel la qualité de l’air de chacune des pièces de son établissement. Ce logiciel vous informera en temps réel de la qualité de l’air dans les différentes pièces en différenciant bien les particules et les COV. Le système facilite également la maintenance de chaque EOLIS (alerte sur le changement des filtres par exemple).

Les allergies sont-elles, à vos yeux, causées pas la pollution de l’habitat ou par la pollution extérieure ?

Les chiffres de l’OMS sont alarmants. En effet, il faut savoir que les allergies sont classées quatrième maladie chronique mondiale par l’OMS. Le nombre de personnes allergiques ne cessent de croître. En France, 1 personne sur 3 née après 1980 est atteinte d’une forme d’allergie tandis que 10 % des enfants et 6 %  de la population adulte souffrent d’asthme. En 2050,  selon l’OMS, une personne sur deux sera allergique. Il semblerait que la multitude de polluants présents dans nos intérieurs soit largement responsable de certaines pathologies
respiratoires.

Votre mot de la fin ?

La qualité de l’air intérieur est un enjeu de santé publique. Des solutions efficaces existent mais sont parfois méconnues. Faire de la pédagogie et démocratiser les purificateurs d’air est une de nos ambitions. En France nous avons énormément de retard effectivement, ces appareils sont déjà largement utilisés dans de nombreux pays !

Propos recueillis par Laurent Amar

Interview de Grégory Jean, président et fondateur de la société Aykow

Grégory Jean

Grégory Jean


Bonjour Grégory Jean, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Grégory JEAN, président et fondateur de la société AYKOW et passionné d’astronomie. Issu de l’ingénierie nucléaire, j’ai pour ambition d’améliorer le quotidien de tous en créant des solutions techniquement innovantes et performantes sous la forme de produits simples à prix accessible.

Avant, mon travail consistait à proposer des solutions pour protéger les gens et l’environnement de l’activité Nucléaire. Mais, la problématique majeure de l’exposition aux radiations des humains est naturelle, c’est le Radon. Ce gaz radioactif est à l’origine de 10 à 14% des cancers pulmonaires. Et aucune vraie solution n’était proposée. AYKOW est donc née avec le désir de concevoir des solutions performantes et élégantes pour le traitement de l’air que personne ne propose.

Comment est née l’idée de l’objet connecté « Aube » ?

L’idée de Aube nous est venue d’un état des lieux du marché existant. Tout d’abord, il faut savoir que l’air de nos espaces intérieurs est 7 à 20 fois plus pollué qu’à l’extérieur. Utiliser un purificateur d’air chez soi est devenu une nécessité. Toutefois, les purificateurs d’air habituellement proposés sur le marché ont un schéma commercial similaire à celui des imprimantes de bureau. Vous achetez un produit plus ou moins accessible mais vous dépensez beaucoup d’argent en consommables. Il y a donc toujours de la maintenance dont peu de personnes s’occupent réellement. Le produit perd rapidement en efficacité, il devient bruyant, énergivore.

Interview de Christophe Leroy, directeur marketing des Piscines connectées Magiline

Christophe Leroy

Bonjour Monsieur Monsieur Leroy, pourriez-vous vous présenter et nous présenter la société Magiline ?

Bonjour Christophe Leroy, directeur marketing de Piscines Magiline. Notre société est concepteur-fabricant de piscines enterrées depuis 20 ans.

Basée à Troyes, elle est la seule à bénéficier du label Origine France garantie. Avec 87 brevets internationaux déposés, l’innovation est dans les gènes de l’entreprise depuis sa création. … avec des objectifs concrets pour ses clients : des produits plus performants, plus économiques et plus simples à l’usage.

 Des piscines entièrement connectées, il fallait y penser, êtes-vous les premiers dans ce domaine ?

Nous sommes parmi les premiers à avoir perçu le bénéfice de la domotique appliquée à la piscine, dès 2011. Et c’est la seule solution intégrée du marché développée par un constructeur. Ainsi, tous les paramètres sont parfaitement maitrisés.

Comment fonctionne votre technologie, et où sont situés vos capteurs ?

La technologie domotique iMAGI est constituée de capteurs et de sondes (capteurs température eau et air, sonde ampérométrique à membrane, même technologie que dans les piscines collectives, sonde pH), d’un coffret de pilotage permettant de commander la pompe et la filtration de l’eau, d’une application pour accéder et gérer à distance tous les paramètres de l’eau, d’une télécommande Waterproof et de diverses options.

Sondage: 52% des internautes pensent que les objets connectés vont permettre d’améliorer leur bien-être

La serrure connectée OKIDOKEYS

La serrure connectée OKIDOKEYS

Télévision, montre, casque de réalité virtuelle … Les objets connectés semblent omniprésents. Sont-ils réellement déjà au cœur de nos vies quotidiennes ?
L’engouement qu’ils semblent susciter est-il une réalité ? Pour le savoir, Touslesprix.com a mené son enquête auprès de sa communauté !

52% des internautes pensent que les objets connectés sont des inventions utiles Interrogés sur leur perception, les internautes sont divisés. Sur l’ensemble du panel, plus de la moitié (52%) pense que ces nouveaux objets sont utiles et vont permettre d’améliorer le bien-être de l’homme.

L’autre moitié est plus réticente, et ceci pour différentes raisons :  17% pensent qu’il s’agit d’une mode passagère, 16% jugent les objets connectés dangereux par rapport à la sécurisation des données personnelles alors que 15% les trouvent trop compliqués (difficulté d’installation ou d’utilisation).

38% des internautes possèdent au moins un objet connecté? Si les objets connectés font beaucoup parler d’eux, sont-ils pour autant au cœur du quotidien des Français ? A ce jour, 38 % des internautes ayant répondu à cette enquête possèdent déjà 1 objet connecté. L’engouement semble réel puisque 22% comptent s’en acheter un cette année. Malgré tout, 40 % restent encore sur la réserve et n’y trouvent pas.

Pas plus de 100 euros pour acheter un objet connecté
Côté budget, les internautes restent raisonnables puisque 65% ne consacreront qu’entre 0 et 100 euros à l’achat d’un objet connecté. 20% sont prêts à y allouer entre 100 et 200 euros alors que seuls 15% dépenseront plus de 200 euros pour cet achat. Afin de réaliser des économies, 40% préfèrent d’ailleurs acheter des objets connectés en période de soldes.
La domotique, secteur le plus plébiscité par les internautes. Lorsqu’on interroge les internautes sur l’objet qu’ils seraient susceptibles d’acheter en priorité, ils sont 38% à opter pour un objet de domotique, qui puisse leur faciliter la vie à la maison. 22% préféreraient, quant à eux, un objet leur permettant de mesurer leurs performances sportives. Enfin, 20% seraient davantage portés sur le secteur de la santé tandis que 20% opteraient plutôt pour un objet ludique.

Le casque Oculus Rift, objet le plus attendu de cette année 2016.
Parmi les produits les attendus en 2016, le casque Oculus Rift est bien le produit qui remporte tous les suffrages (33%). Il est suivi de la montre connectée Wena Wrist de Samsung (25%), la ceinture Welt de Samsung (23%) et la Playstation VR de Sony (19%). Si l’on isole les hommes, ils sont même 36% à préférer le casque Oculus Rift. Les femmes attendent quant à elles avec impatience la ceinture Welt de Samsung (35,2%).

Samsung, marque phare pour les objets connectés en 2016
Pour tenter de s’imposer sur ce créneau, les marques bataillent. Pour plus de 52% des internautes, c’est sans aucun doute la marque Samsung qui se distinguera dans le domaine des objets connectés en 2016 devant Google (20%), Apple (18%), et Microsoft (10%). Pour choisir un objet connecté, 33% des personnes interrogées consultent les avis et commentaires en ligne alors que 32% le comparent avec d’autres produits ; 19% regardent des vidéos tests sur Internet et enfin 16% préfèrent se renseigner directement auprès de leur famille et leurs amis.

Sondage réalisé du 17/03/2016 au 29/03/2016 auprès de la communauté touslesprix.com – échantillon de 301 personnes

Quelles sont les sept erreurs à éviter lors du lancement d’un objet connecté

Thomas de Lussac

Thomas de Lussac

En 15 ans d’existence, l’Agence de Design « Thomas de Lussac » a posé sa marque dans l’univers du Design Français. 2015 fut l’année de la consécration car l’agence remporta le prix majeur du Design Français. Aujourd’hui, son créateur, Thomas de Lussac en personne, nous parle des sept erreurs à éviter lors du lancement d’un objet connecté.

1/ Un produit suréquipé.

Il faut éviter d’ajouter des fonctions et des capacités superflues. Le client achète l’objet pour sa fonction principale et non pour une myriade de possibilités secondaires; par exemple une caméra connectée à votre smartphone pour surveiller sa maison en son absence, n’a pas forcément besoin d’un capteur de température ou de gaz CO2, ou autres… !

Ces options peuvent rendre l’utilisation compliquée, dérouter le consommateur et finalement décourager l’achat.
D’autant plus que ces fonctions vont forcément allonger le délai de mise au point et de lancement. Finalement, l’impact sur le prix peut aussi provoquer une augmentation rédhibitoire.

2/ Un lancement trop tardif.

Il est plus confortable de prendre son temps pour un lancement de produit : étude de marché, recherche technologique, discussions interminables sur les fonctions, accords en interne pour les grands groupes… Toutefois, si vous attendez trop longtemps pour lancer l’objet connecté, vous prenez le risque qu’un concurrent le lance avant vous et récolte les fruits des retombées Média liées à l’innovation. La 1ère marque sera identifiée par le consommateur comme la plus dynamique, la plus glamour. Être le 2ème ou le 3ème nécessitera plus d’investissements pour rattraper ce handicap.

Interview du docteur Dr Joëlle Adrien, Neurobiologiste directeur de recherches à l’Inserm

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien

Bonjour docteur Adrien, Pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Je suis neurobiologiste, directeur de recherches à l’Inserm et spécialiste du sommeil. Je préside l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance qui organise chaque année une Journée nationale du sommeil.
Cette année, nous nous intéressons tout particulièrement à l’impact de l’utilisation des nouvelles
technologies sur le sommeil des Français.

Pourquoi cette journée dédié au sommeil et aux nouvelles technologies ?

Les nouvelles technologies ont envahi notre vie, nos chambres à coucher et parfois notre lit. Nous avons voulu étudier l’ampleur réelle de ce « compagnonnage » vespéral et nocturne ainsi que son incidence éventuelle sur le sommeil et la vigilance. De fait, cet envahissement est important puisque 4 français sur 10 utilisent un ordinateur, tablette ou smartphone dans leur lit avant de dormir, souvent pendant plus d’une heure et parfois plus de 2 heures.

Le compteur connecté Linky est sans danger, la preuve en vidéo !

Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo.

Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo.

Il y a 4 mois nous faisions un reportage complet, suite à notre voyage presse à Vienne en Autriche, sur le nouveau compteur connecté Linky.

Pour ceux qui avaient encore des doutes, voici la preuve en vidéo de la totale sécurité entourant le nouvel objet connecté d’ERDF.

En effet, Le Laboratoire National d’Essais et de Métrologie a réalisé des tests qui prouvent que le compteur Linky n’est pas dangereux.
ERDF propose même des test à la presse afin de faire définitivement taire toutes les rumeurs.

Plus humoristique, voici un lien qui contredit le sujet des ondes:
http://lepharmachien.com/ondes/

Le compteur Linky n’est absolument pas dangereux, il n’y a plus de doutes à avoir.

La rédaction

Présentation du thermostat connecté evohome par Honeywell

Honeywell
Jusqu’à présent connecté à la box Internet du domicile via une passerelle, le thermostat connecté multizone de Honeywell simplifie son fonctionnement et intègre le Wi-Fi.

D’autres améliorations sont également apportées, notamment la mise à jour de la conception et du logiciel. Désormais, la fonction d’optimisation est accessible depuis le menu principal, facilitant la maîtrise éco-énergétique d’evohome. Qu’est-ce que cela change pour nous, consommateurs ?

Interview de Jérome Scalia, co-fondateur et gérant d’Awaken

 Jérome Scalia, co-fondateur et gérant d’Awaken

Jérome Scalia, co-fondateur et gérant d’Awaken

Bonjour Jérôme Scalia, pourriez-vous vous présenter et nous présenter la société Awaken ?

Bonjour, je suis Jérôme Scalia, CEO
Passionné de l’internet, des nouvelles technologies et titulaire d’un DUT multimédias,  je commence ma vie active en tant que Web Designer. Rapidement je m’intéresse au designs et deviens développeur web.

Rapidement, je devient responsable du département web dans une agence de communication. Toujours assoiffé de connaissance, je suis débauché en tant qu’ingénieur marketing puis deviens Web Strategy Manager 2 ans plus tard dans la même société de logiciel informatique à envergure mondiale.

J’ai déjà expérimenté entrepreneuriat pendant 2 ans en tant que développeur freelance et j’ai maintenant trouvé un nouvel objectif dans ma vie en portant le projet AWAKEN. »
AWAKEN est une entreprise dans les objets connectés. Nous mettons à profit les nouvelles technologies pour créer des objets connectés qui sauvent des vies.

Sur quel constat vous êtes-vous appuyé pour décider de créer l’objet Awaken ?

Le nombre d’accidents de la route est à la hausse, ils tuent des milliers de personnes chaque année. Nous voulions créer une technologie qui permet de détecter les collisions et d’alerter les urgences instantanément.

D’après la Commission Européenne, une telle technologie pourrait sauver 2 500 vies par an et limiter la gravité de blessures et traumatismes dans des dizaines de milliers de situations. Ce système peut accélérer le temps de l’intervention d’urgence de 40% en milieu urbain et de 50% en zone rurale (avec un gain effectif de 10 minutes).

Comment fonctionne-t-il, par exemple, en cas d’accident ?

Le boitier électronique AWAKEN Car se branche aisément sur le port diagnostique du véhicule (OBD), un port obligatoire sur tous les véhicules produit après 2001 en Europe. Grâce à son accéléromètre intégré, le boitier détecte les chocs et mesure leur intensité. Il géolocalise le véhicule avec la puce GPS et transmet les informations en 2G et SMS à travers la carte SIM du boitier (couverture sur l’Europe, les Etats-Unis et l’Asie).

De combien avez-vous besoin, lors de votre campagne de financement participatif, afin de pouvoir lancer l’objet dans le commerce ?

20 000 € serait un premier palier intéressant qui permettrai à AWAKEN Car de devenir une réalité. Pour ce seuil de financement, le boitier serait en mesure d’envoyer la notification d’accident aux proches de la victime mais pas encore directement aux services d’urgences.
Pour établir la connexion avec les secours, un financement à hauteur de 60 000 € serait nécessaire.

Avez-vous déjà eu, pour les premiers prototypes, des retours utilisateurs ?

Nous avons reçu de nombreux retours utilisateurs pour nos 30 premiers prototypes. Ces retours réguliers nous ont permis d’itérer plusieurs fois la boucle construire – mesurer – apprendre afin d’améliorer l’application pour répondre aux demandes des utilisateurs. Inclure des beta-testeur très tôt dans le processus de développement est très important et nous a permis de perdre un minimum de temps pour atteindre un idéal pour nos utilisateurs.

Votre mot de la fin Jérôme ?

AWAKEN Car est notre première solution, elle se focalise sur le marché de l’automobile. Son but est d’améliorer drastiquement la sécurité au sein de nos véhicules.

Interview de Fabien Barati, spécialiste de la réalité virtuelle et co-fondateur de Emissive.

Fabien Barati

Fabien Barati

Bonjour Monsieur Barati, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs et nous présenter la société Emissive ?

Bonjour, je suis directeur général d’Emissive, j’ai fondé la société avec mon associé Emmanuel Guerriero en 2005. Nous sommes une équipe de 25 personnes spécialisés dans la création d’expériences immersives, c’est-à-dire que nous créons des applications et des installations qui permettent aux utilisateurs de se projeter dans un monde virtuel et d’interagir.

Nous accompagnons les entreprises vers l’adoption de ces nouvelles technologies qui vont permettre d’améliorer voire de transformer leur manière de communiquer, de former ou d’anticiper. Pour ce faire, nous utilisons notamment la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

Depuis quand Emissive est devenue ce grand spécialiste en environnement 3D pour réalité virtuelle et augmentée ?

Nous baignons dans ces technologies depuis la création de la société. C’est une chance d’avoir accès à des dispositifs de visualisation et d’interaction innovants et dont la qualité ne cesse de croitre. Nous testons tout ce qui nous tombe sous la main pour pouvoir proposer à nos clients des installations uniques. Les contenus que nous créons sont compatibles avec une multitude d’équipements, et même des dispositifs qui sortiront dans le futur. Les casques de réalité virtuelle nouvelle génération en font partie.

Une maison connectée, comment ça marche ?

Holding a smart energy controller or remote home control online home automation system on a digital tablet. All screen graphics made up.

 

La maison connectée n’est plus de la science-fiction , comme autre fois, c’est devenu une réalité dans de nombreux foyers.

Que ce soit en utilisant votre smartphone pour déverrouiller votre porte, allumer la bouilloire ou même vérifier sur la sécurité de votre maison lorsque vous êtes absent, avoir des appareils connectés peuvent aider à rationaliser votre quotidien et, même dans certains cas, vous assurer une tranquillité d’esprit.

Si vous êtes curieux de savoir comment on connecte sa maison, voici les bases pour commencer.

Applications

Les plaques électriques, le système de sécurité ou un verrou intelligent, chaque produit que vous achetez aura une application correspondante, vous pouvez télécharger sur votre smartphone ou tablette. Il vous guidera, à travers le processus de connexion de votre appareil, à un réseau Wi-Fi. Une fois qu’il est en ligne, chaque application peut être utilisée pour contrôler son objet.
Un exemple concret de domotique: le HomeKit d’Apple !
Il est à lui seul l’objet central pour connecter toute la maison, n’obligeant plus ainsi l’utilisateur à devoir gérer plusieurs objets avec plusieurs applications voir, plusieurs OS.
Alors que HomeKit a été annoncé un peu plus d’un an, il est à  l’avant-garde avec l’intégration de Siri dans iOS 9, avec une liste croissante de produits compatibles à HomeKit. Si vous êtes intéressés d’acquérir un objet pour votre maison, et si vous possédez le Homekit d’Apple, assurez-vous que le produit soit compatible avant de l’acheter.

Sécurité

Vos gadgets sont relié à Internet – ce qui signifie qu’ils sont « piratables ». Assurez-vous que vous utilisez une connexion Wi-Fi bien sécurisée. Lorsque le produit est fournie avec un mot de passe par défaut, c’est une excellente  idée de le changer. De plus, consultez le site Web du fabricant pour vous assurer que vous disposez des dernières mises à jour logicielles.

Commutateurs intelligents

Une façon simple de commencer à équiper votre maison est l’acquisition d’un commutateur intelligent.
Un commutateur peut allumer vos haut-parleurs ou d’autres gadgets s’ils sont connectés entre-eux .
Vous pouvez également vous équiper d’un interrupteur extérieur bien robuste, parfait pour allumer la lumière ou de la musique en plein air.

Éclairage

Vous voulez mettre l’accent sur l’éclairage? Phillips fait des ampoules de couleurs changeantes qui peuvent aider à mettre en scène vos soirées.
Les utilisateurs peuvent également synchroniser des lumières pour leur musique, créant ainsi une ambiance de fête.

Thermostats

Garder un œil sur la température de votre maison peut non seulement la rendre plus confortable, mais permet aussi de réduire votre facture d’énergie.
Nest et Ecobee sont deux des principaux créateurs de thermostats intelligents.

Serrures et sécurité

Pas de touches traditionnelles sont nécessaires avec le Smart Verrouillage Schlage Sense. Les propriétaires peuvent saisir un code PIN pour pénétrer à l’intérieur, ou utiliser le HomeKit iPhone ou iPad connecté pour déverrouiller la porte.
Cela signifie qu’il n’y a pas besoin de courir vers la porte chaque fois que la sonnerie retentie. Avantage
supplémentaire, lorsqu’il est associé à une Apple TV dans votre maison, vous pouvez déverrouiller la serrure.

Les avantages d’une maison connectée sont énormes, alors laissez-vous tenter.

La Domotique pour réaliser des économies

domotique-selection
Alors que la domotique était encore à l’honneur lors du dernier CES à Las Vegas et pour bien commencer l’année, Travaux.com présente les grands atouts des technologies domotiques.

Qu’il s’agisse d’augmenter la température de la pièce ou encore de gérer l’éclairage, les options offertes par ce système économique et autonome sont nombreuses… En effet, la domotique permet de contrôler à distance la consommation d’énergie en fonction des besoins (programmation ou coordination des équipements de chauffage, de ventilation, d’électricité entre eux). Travaux.com fait la lumière sur les installations domotiques les plus utilisées et les plus avantageuses, permettant notamment de réaliser en moyenne entre 25 à 30 % d’économies énergétiques par an.

Faire baisser la température et le montant de la facture !

Pour s’assurer un confort et économiser de l’énergie, des solutions « automatisables » existent pour piloter à distance son système de chauffage. Quel que soit le mode de chauffage utilisé, il est possible de s’équiper d’un thermostat d’ambiance programmable, d’un programmateur d’ambiance ou encore d’un gestionnaire d’énergie… Grâce à ces équipements, le chauffage est régulé pièce par pièce et la température adaptée aux besoins. Autant d’options intéressantes surtout lorsque l’on sait que le poste chauffage représente en moyenne plus de 60 à 70% de la consommation d’énergie d’un ménage et que baisser la température de la maison d’un degré, permet de réduire la facture énergétique de 7%.

Le sommeil est à la mode au CES 2016

sans-titre

Cette année au CES (Consumer Electronic Show) le sommeil est à l’honneur.  Après les bracelets équipés d’un capteur de mouvements pour analyser les différentes phases de sommeil, iFit présente une nouvelle version de son lit connecté.

L’iFit Rise se propose d’améliorer le sommeil des utilisateurs et de les aider à une meilleure récupération après l’effort. Ce nouvel outil innovant est en lien avec la volonté de la marque de créer un écosystème dédié au fitness et au bien-être.

Une analyse des différentes phases de sommeil
Grâce à des capteurs sensors, iFit Rise enregistre automatiquement et en toute discrétion, la fréquence cardiaque, le rythme respiratoire et les mouvements du dormeur. Il donne ainsi une analyse précise des différentes phases de sommeil (léger, profond, temps d’éveil, nombre de réveils en une nuit).  Les données sont ensuite stockées sur smartphone et sur la plateforme iFit.com.

Une analyse rapide pour des actions  d’amélioration du sommeil en temps réel
iFit Rise est équipé d’une structure articulée qui permet à l’utilisateur de trouver la position qui lui convient pour dormir. Grâce à ce système et avec son analyse en temps réel, le lit peut tout mettre en œuvre pour améliorer le sommeil de l’utilisateur : •Changer l’inclinaison du matelas
•Augmenter ou réduire la température dans le lit
 
Un outil de récupération physique
Pour aller plus loin dans la récupération physique et dans l’aide au bien-être, iFit a équipé son smart bed d’un système massant. Il permet de stimuler et détendre les muscles endoloris. Séparé en deux parties distinctes, iFit Rise reconnaît deux utilisateurs différents et permet ainsi aux couples de bénéficier de programmes personnalisés et adaptés à leur quotidien.

Réveil intelligent
L’utilisateur peut consulter toutes les informations sur son sommeil grâce à iFit App et peut également programmer un réveil intelligent. Il lui suffit d’indiquer l’heure idéale de réveil et dans un délai de 10 à 15 minutes autour de cette heure le lit choisit le meilleur moment pour déclencher une alarme. Une légère vibration se fait ressentir dans le matelas, pour indiquer à l’utilisateur qu’il est l’heure de se lever.

Avec sa multiprise connectée, MCL introduit la domotique facile

sans-titre

L’importateur et distributeur MCL (MCL Samar) lance un produit novateur qui simplifie l’introduction de la domotique chez soi. A partir d’une simple multiprise connectée Wi-Fi, l’utilisateur peut piloter jusqu’à six appareils indépendamment les uns des autres, d’où qu’il se trouve dans le monde.

Disponible dès à présent, l’arrivée de la multiprise connectée Wi-Fi révolutionne la manière de gérer ses appareils lorsque l’on est éloigné de chez soi ou de son bureau.

interview de Gaële Wuilmet, directrice de B’dom

Gaële Wuilmet

Gaële Wuilmet

Avec  une expérience de plus de 20 ans en stratégie globale, e-commerce et marketing international, Gaële Wuilmet, 45 ans, a depuis 1 an, pris la direction de B’dom, au sein du Groupe HTM.

De Nestlé à Chantelle en passant par Moët-Hennessy, elle a participé au développement stratégique en communication et marketing de ces marques aussi prestigieuses qu’éclectiques.

Sa précédente expérience en tant que Territory Manager Europe du Sud (France, Espagne, Italie) pour ASOS.com
après avoir dirigé la catégorie Apparel d’Amazon France comme Senior Manager lui a permis d’acquérir une véritable légitimité dans le domaine du e-commerce.

Pourriez-vous nous présenter B’dom ?

B’dom a été créé fin 2006 pour permettre à ses clients de profiter au maximum de leurs produits high-tech. B’dom s’est développée comme une véritable entreprise de services à la personne agréée Borloo.

Nous agissons à domicile pour aider les particuliers et intervenons également sur les lieux de travail ou à distance, par téléphone.
200 experts sont déployés dans toute la France pour répondre aux questions, former, assister, dépanner, installer tous les produits connectés.

Interview, au sein du Linky Lab, de Bernard Lassus, directeur du programme Linky chez ERDF

Bernard Lassus

Bernard Lassus

Bonjour Bernard Lassus, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, je suis directeur du programme Linky, qui a comme ambition d’installer 35 millions de compteurs dans les foyers français.

L’Internet des objets est une réalité depuis quatre ans et pourtant, le projet Linky est né
chez ERDF en 2006. Comment expliquez-vous une telle avance technologique ?

Il faut savoir que nous avions beaucoup travaillé sur les réseaux moyenne tension pour les rendre intelligents : ils se « cicatrisent » eux-mêmes en cas de dysfonctionnement, notamment avec des matériaux connectés. Nous avions donc une certaine expérience dans ce domaine. Afin de faire de même sur les réseaux basse tension, nous nous sommes donc penchés sur les compteurs connectés destinés aux clients domestiques.

Avec Linky, les enjeux pour ERDF vont-ils au-delà des simples performances commerciales ?

Absolument. En effet, c’est un objet du moment et il correspond bien aux enjeux énergétiques actuels.
Ainsi, les consommateurs deviendront de véritables acteurs de leur consommation. Parallèlement aux compteurs, nous développons un site sur lequel chaque client pourra voir sa consommation, se comparer à d’autres clients et installer des systèmes d’alerte qui lui permettront de voir combien il a consommé par rapport à ses prévisions.

Cet hiver, diminuez votre impact sur l’environnement avec le thermostat intelligent de Nest et allégez votre facture énergétique

Nest

Nest

L’hiver arrive, et avec lui la température qui baisse. Rien ne va plus !

La 3ème génération du Nest Thermostat vous aidera à garder votre maison au chaud et à réaliser un minimum de 10,1 à 16,5 % d’économies sur votre facture d’énergie. Son nouveau design et ses nouvelles fonctionnalités vont vous faire craquer.

Adoptez son nouveau design de thermostat et soyez mieux informé.

Au mur, sa forme cerclée aux contours en aluminium propose un nouveau design plus fin et son écran de meilleure définition facilite la lecture des températures des alertes et des messages. Et, grâce à sa nouvelle fonctionnalité « Affichage de loin », il affiche automatiquement la température sélectionnée ou l’heure (horloge numérique ou analogique). Pour plus de praticité, son socle s’installe sur une étagère ou sur une console, dans votre entrée ou votre salon par exemple.

Interview de Stéphane Jaubertou, cofondateur de Sevenhugs

Stéphane Joubertou

Les problèmes de sommeil – insomnie ou repos de mauvaise qualité – sont hélas récurrents chez de nombreux Français.

Alors, quand une jeune start-up, Sevenhugs en l’occurrence, décide de créer un objet tout à fait original composé d’une base et de deux petits capteurs, à mettre sous les couvertures pour analyser le sommeil, doté en outre d’un superbe design, nous ne pouvons qu’applaudir.
Nous vous proposons d’en savoir un peu plus sur cette jeune société et sur cet objet dédié au sommeil, à travers l’interview de l’un de ses fondateurs.

Bonjour Stéphane, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, je suis Stéphane Jaubertou, l’un des cofondateurs de Sevenhugs. Au sein de cette société, nous avons développé un premier produit, le « hugOne », un véritable tracker de sommeil pour toute la famille. D’un usage facile, il permet de connaître et d’améliorer le sommeil des parents et des enfants.

Pourquoi avoir créé un premier objet connecté dédié au sommeil ?

Chez Sevenhugs, nous sommes quatre fondateurs, mais également quatre parents.
Nous avons observé que l’on passait énormément de temps à dormir et nous souhaitions améliorer l’ensemble de la qualité de vie de toute la famille. Ce fut le point de départ de la création de notre produit. Améliorer notre propre vie, pour ensuite améliorer celle des autres.

Interview d’Eric Correia, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret

Eric CORREIA

Eric CORREIA

Bonjour, pouvez-vous nous présenter votre événement ?

La Communauté d’Agglomération du Grand Guéret via le Centre de Ressources Domotique « Odyssée 2023 » organise l’édition 2015 de sa biennale du Salon Régional de la Domotique « Ma maison intelligente » qui se tiendra les 20 et 21 novembre prochains, à l’Espace André Lejeune à Guéret. Cette 4ème édition permettra encore une fois de se positionner comme le rendez-vous incontournable des professionnels de la domotique.

Cette année, l’accent sera mis sur les objets connectés, véritable enjeu économique aujourd’hui. Les thèmes abordés ont vocation à faire connaître les bénéfices de la domotique au plus grand nombre, tant pour les professionnels que les particuliers : la maîtrise et les économies d’énergie, l’amélioration du confort quotidien grâce aux solutions d’automatisation, la télésanté, la sécurité des biens et des personnes, le maintien à domicile et l’autonomie des personnes âgées ou en situation de handicap, la gestion de la communication multimédia, etc.

Dans la mesure où la Creuse œuvre déjà depuis plusieurs années pour relever le défi du vieillissement, ce salon sera la vitrine de l’action pionnière de notre collectivité à l’heure où les objets connectés se « démocratisent » et où la Silver Economie est devenue un enjeu majeur pour le développement économique de nos territoires comme pour le mieux-être de nos concitoyens.

Nest lance Nest Weave, la plateforme de développement pour la maison connectée

nest-weave-correct-logo-100618770-large-495x388Nest Labs, Inc, concepteur de la maison qui pense à vous, annonce une série de nouveautés au sein du programme Works with Nest, et lance la plateforme la plus complète pour les développeurs d’objets connectés. Les principales nouveautés sont:

·         Nest Weave – Développé par Nest et utilisé précédemment uniquement dans les produits Nest, ce protocole de communication permet aux appareils de communiquer les uns avec les autres et avec les produits Nest. Nest Weave résout un grand nombre de problèmes liés à la connexion des objets dans la maison, notamment la possibilité de connecter des équipements fonctionnant sur batterie, ainsi que des appareils nécessitant une faible latence et une forte redondance. La serrure Linus conçue par Yale est le premier produit Works with Nest à utiliser ce protocole.

Startups et grands groupes : à l’assaut de la maison connectée

L’idée d’une maison du futur est apparue dès les années 50, avec le miracle de l’électroménager. Ces dernières années, avec l’avènement d’Internet, la maison du futur s’est beaucoup attachée à la maison connectée. La domotique, ainsi que les objets connectés pour la maison constituent actuellement un marché à fort potentiel.

En effet, l’on estime à 72 milliards le chiffre d’affaires pour le marché d’ici 2017 ! Il n’est ainsi pas étonnant que les géants d’Internet, aussi bien que les startups se démènent pour concevoir et offrir des solutions technologiques pour la maison connectée.

Valeur économique et écologique

Les deux géants Google et Apple ont d’ores et déjà annoncé leur entrée dans le secteur de la maison connectée. Pour Apple, plus particulièrement, la marque a déjà lancé son concept de protocole commun pour les objets connectés de la domotique, le HomeKit, dont de nombreux produits connectés compatibles sont déjà sur le marché des Etats-Unis. De leur côté, les startups se focalisent sur des objets connectés pour la maison, mais également pour la connectivité des objets connectés entre eux, dans la maison. C’est le cas, notamment, de la solution IFTTT (If Than Then This) devenue IF), qui consiste en des communications et une interaction entre les objets connectés, au service des utilisateurs.

Pour les grands groupes comme pour les startups, les objectifs sont les mêmes pour la maison connectée, à savoir, la sécurité, le confort et l’économie d’énergie. Pour l’heure, ces valeurs écologiques et économiques des objets connectés pour la maison ne sont pas bien comprises par les consommateurs, et les objets connectés de la domotique continuent à être considérés comme des « gadgets » de plus, qui plus est, difficiles à paramétrer. Il reste encore beaucoup à faire pour que le marché attire le nombre maximum de clients.

Legrand à l’assaut des objets connectés

logo-legrand1

Legrand

 

Si le marché des objets connectés de la domotique est largement dominé par les géants comme Google et Apple, le leader mondial des installations électriques Legrand s’assure une plus grande part dans l’internet des objets, en souhaitant doubler sa gamme de produits connectés d’ici l’horizon 2020.

Electricité et Internet des Objets

Le groupe français, fondé en 1860, s’est toujours imposé dans son secteur d’activités, et aujourd’hui, il génère 30% de son chiffre d’affaires dans le secteur des innovations technologiques comme la domotique, l’autonomie et le numérique. Ainsi, cette firme française a mis au point un programme d’objets connectés qui viendrait sur le marché prochainement.

Le programme, baptisé Eliot, nom obtenu par la combinaison du mot électricité (EL) et Internet des Objets (IoT) ; vise notamment le lancement de toute une nouvelle gamme d’objets connectés, qui devraient représenter 50% des offres de l’enseigne, d’ici 2020. Ces objets connectés seront notamment des objets connectés visant l’économie d’énergie, ainsi que la sécurité des foyers et bâtiments. Il s’agira principalement d’un système  sans fil permettant le suivi de la consommation d’électricité des ménages, ainsi que les émissions de CO2 depuis un smartphone ou une tablette ; des interrupteurs connectés intelligents, des onduleurs pouvant assurer l’alimentation d’un bâtiment 24h/24 et 7j/7, des portiers vidéo, parmi tant d’autres. Le groupe Legrand s’annonce confiant au marché de l’internet des objets, et entend accélérer le développement de ses offres connectées.

Apple HomeKit : les premiers produits arrivent sur le marché

Apple Homekit

Apple Homekit

Le programme HomeKit d’Apple, dédié à la maison connectée, a été annoncé depuis près d’un an maintenant. Au début du mois de juin dernier, les premiers produits compatibles avec le programme ont fait leur apparition sur le marché.

Un nouveau protocole pour la maison connectée

Le programme HomeKit consiste en la création d’un standard de communication qui devrait permettre le contrôle des objets connectés de différentes marques. Si les premières puces compatibles HomeKit ont été lancées en novembre dernier, les premiers produits, portant la mention « Works with Homekit » ont débarqué sur le marché américain en début du mois de juin dernier. Le premier a faire son apparition fut le produit Eve d’Elgato, une gamme d’accessoires connectés pour la domotique, consistant en des capteurs de température, des capteurs d’humidité intérieure et extérieure, une prise électrique connectée, ainsi qu’un détecteur d’ouverture/fermeture de portes.

Ces produits seront prochainement disponibles en France, tandis que d’autres sont proposés uniquement sur le marché américain, notamment, la prise connectée Smart Plug, ou encore la box domotique Insteon Hub. Apple a annoncé que tous ces produits pourront être contrôlés par la voix, grâce, notamment, à l’application assistant vocal Siri, et pourront interagir avec le système Apple TV. Au mois de juin 2015, Apple a déclaré collaborer avec 17 partenaires pour son protocole de domotique, dont les sociétés françaises Netatmo et Withings, iHome, Philips, Osram Sylvania, Haier ou encore Honeywell.

Les prises intelligentes

Color icons electricity, saving, temperature and cityComme de nombreux appareils et systèmes utilisés dans la maison, les prises électriques qui étaient seulement « connectées » sont désormais « intelligentes » ! Si la prise connectée était capable de d’allumer et/ou d’éteindre un appareil lié au circuit électrique depuis un smartphone, la prise intelligente, elle, peut faire la même chose, mais plus encore : elle peut également permettre un suivi de la consommation d’électricité dans la maison, ainsi que le contrôle de tous les autres appareils qui sont raccordés au circuit électrique.

Des prises multiples connectées et intelligentes

S’étant rendu compte de l’importance des enjeux de l’économie d’énergie au niveau mondial, la domotique n’a pas manqué d’apporter sa contribution pour la cause. Les prises intelligentes sont proposées pour surveiller toute la consommation d’énergie dans un habitat, en reliant tous les appareils électriques à des prises connectées intelligentes. Le système consiste généralement à enregistrer les informations sur la consommation énergétique des appareils dans la prise, lesdites informations seront transférées (via une clé USB, Wifi, Internet…) sur une application dédiée, capable d’analyser les données. L’analyse des données de consommation devrait permettre de programmer une utilisation contrôlée des ressources de la maison, par les appareils. Il existe de nombreuses offres de prises intelligentes, dont certaines sont propriétaires (Ecowizz, Plugwise, Modlet, MeterPlug, Belkin Conserve Insight, My Plug…) ; et d’autres compatibles avec la plupart des plateformes de domotique (Everspring, Permundo, NPlug…).

La maison du futur

Home Domotica_001. Tablet e Smartphone con applicazioni di gestione domotica appoggiate su tavolo in salotto all'interno di una casa.Nouvelles technologies, full HD, Wifi, Bluetooth, Smartphone, écran tactile, connectivité Internet… ces mots sont ceux qui gèrent la maison du futur, qui sera construite à des fins de confort, de sécurité et d’économie (d’énergie et de temps). La maison du futur sera intelligente et pourra être contrôlée depuis un ordinateur central ou un smartphone. Tout sera ainsi connecté, depuis le portail aux appareils électroménagers, en passant par les systèmes de sécurité et/ou d’arrosage des fleurs.

L’avenir, c’est maintenant !

La simplification de la vie et l’optimisation du confort des occupants sont au centre de l’occupation des concepteurs de technologies de la domotique. Ainsi, la cuisine se retrouvera interactive et connectée : pour trouver des recettes de cuisine, le réfrigérateur propose un accès Internet, avec un écran tactile sur lequel l’utilisateur peut surfer pour trouver tout ce qu’il souhaite cuisiner. Pendant qu’il cuisine, l’utilisateur peut surveiller les enfants qui jouent dans leur chambre, par l’intermédiaire de caméras. Dans le séjour, la table basse est un écran tactile, sur lequel l’utilisateur peut travailler, jouer ou surfer sur Internet avec ses invités. Pendant ce temps, les volets, le chauffage, le lave-linge… peuvent être programmés pour se déclencher/se désactiver à telle ou telle heure de la journée, depuis un smartphone. Dès que certains capteurs détectent la présence des propriétaires dans la maison, la qualité de l’air et la température sont paramétrées pour offrir la température ambiante à l’intérieur. Si les occupants de la maison sortent, la maison est en sécurité, puisque différents capteurs (caméras, détecteurs de mouvements, etc.) sont installés à l’intérieur et à l’extérieur de la maison, qui peuvent alerter les propriétaires et les autorités en cas d’intrusion ou de catastrophe (incendie, etc.). La Smart House, la maison du futur version Samsung sera disponible vers la fin de cette année, ou au début 2016.

Zoom la start-up du mois : Momit

unnamedL’équipe fondatrice:

Trois cofondateurs espagnols, avec un background chez Siemens, Google, Mapfre, Correos…

Miguel Ángel Sánchez – CEO
Eduardo Rodríguez – COO
Miguel Ángel Díez – CTO

Date de création & siège social:
Janvier 2012 – Siège social à Madrid

Concept:
Objet connecté pour la maison connectée: confort et économies d’énergie

Comment ça marche?:

Nos produits se différencient sur le marché sur trois 3 points principaux:

– accessibilité en termes de prix de vente public

– facilité d’installation

– technologie et fonctionnalités supérieures

Taille & pertinence du marché:
Le marché de la maison connectée est en grand développement, en particulier la gestion du chauffage/climatisation connectée qui représente le premier segment produit au niveau commercial.
Nos 2 thermostats connectés sont principalement présent sur le sol européen.
Notre nouveau produit momit Cool pour assurer un contrôle à distance de la climatisation nous permet de nous développer en Amérique, Asie et Moyen-Orient.

Pourquoi ça marchera?
Nos produits se différencient par leur UI/UX très travaillée et une grande facilité d’installation. Par ailleurs, le prix de vente conseillé au grand public permet d’assurer un retour sur investissement rapide en économies d’énergie, mais également de pousser les consommateurs encore peu « connectés », à acquérir ce genre de produits.

 Concurrents et différenciation/atouts:
Thermostats connectés: Netatmo, Nest, Tado
Nous nous différencions avec momit Home Thermostat :
– 30 à 50% moins cher que le marché,
– Installation en 15 minutes et sans installateur,
– My Budget : fonctionnalité exclusive momit qui permet de fixer un budget mensuel de chauffage, le superviser à l’euro près chaque jour, et recevoir des prévisions de consommations ainsi que des recommandations personnalisés (video : https://www.youtube.com/watch?v=uzi0H9HJosE

Climatisation intelligente : Tado
Nous nous différencions avec momit Cool :
– 30% moins cher
– Installation intuitive : le produit se colle sur le cliamtiseur, pas de câble à brancher !
– Fonctionnalité My Budget

Business Model/ monétisation: Distribution de nos objets connectés via les professionnels, le retail et la vente directe
Accompagnement (incubateur ou autre) : Wayra (Incubateur Telefonica)
Financement (oseo, scientipole, levée de fonds ou autre) : 3 levée de fonds
Reconnaissance, prix à des concours : Wayra, LeWeb, Spain Startup Summit, IBM SmartCamp, Incense, Piosphere…